Il est difficile d’aborder le numérique sans tomber dans des lieux communs. L’univers numérique s’est immiscé dans toutes les sphères de notre quotidien, lentement mais aussi, d’une certaine manière, très rapidement. Pour certains d’entre nous, il existe bel et bien une époque « pré-numérique », mais si vous êtes de la même génération que moi, elle est déjà bien abstraite! De l’époque où il nous était impossible de naviguer sur Internet au même moment qu’une conversation téléphonique, où les données étaient conservées sur disquette et où nous découvrions qu’il nous était désormais possible de communiquer sans se parler, il ne reste que ces quelques souvenirs « vintage » à partager avec les plus jeunes pour les faire sourire. Étant issue de la génération se situant entre celle pour qui le texto est un processus bien mystérieux, et celle composée de ceux qui doivent m’éclairer sur l’utilisation du jeu Pokémon GO, je me considère tout de même, bien humblement, dans la moyenne de la litératie numérique.

Bien de mon temps, je peux me targuer d’avoir accès à la connaissance universelle en un seul clic sur mon téléphone tout en pouvant partager des informations en moins de 140 caractères . Je peux me réserver une chambre d’hôtel à Tokyo sans même devoir m’asseoir devant un ordinateur et je travaille presqu’exclusivement avec des documents numérisés .  Pourtant, malgré l’aisance technologique que je peux bien me vanter d’avoir, je n’utilise, ne comprends et ne maîtrise qu’une infinie petite partie des possibilités que nous offre dorénavant le numérique.

Ainsi, même les plus habiles d’entre nous sont confrontés aux nombreux défis du numérique. Si je visite à tous les jours des sites web, je n’en comprends pas pour autant les aspects techniques. Par exemple, je ne pourrais pas, par moi-même,  élaborer un site web malgré certains discours nous assurant qu’il est désormais possible de tout faire nous-mêmes; la qualité d’un support numérique se doit d’être irréprochable dans un univers où il faut à tout prix se démarquer. Des outils, bien évidemment, peuvent nous simplifier la tâche, mais il ne faut pas sous-estimer tout le travail, le temps et les ressources nécessaires à l’élaboration d’une bonne plateforme numérique. Pour rejoindre, sensibiliser et informer le public, les outils sont désormais nombreux. Comment faire un choix éclairé en termes de médium pouvant servir au transfert de connaissances? Le jeu sérieux  comme outil d’amélioration de la qualité de vie? Le site  web comme vecteur de diffusion des connaissances? Les plateformes wiki comme espaces de partage des connaissances?

Alors, pourquoi avoir choisi la thématique du numérique pour la Grande Rencontre 2016 du CLIPP? Parce que tous ces défis nous interpellent aussi en transfert de connaissances (TC). Parce que, si les possibilités sont infinies, elles comportent aussi un lot de défis auxquels il faut bien se préparer. Parce que des initiatives en TC numérique  méritent que l’on s’y attarde afin que l’on retienne les bons coups et que l’on dessine peu à peu les bonnes pratiques à mettre de l’avant de cet univers en foisonnement. Enfin, et surtout, parce que si le numérique a comme avantage de nous faciliter l’accès aux utilisateurs potentiels des connaissances, cette opportunité doit ultimement nous amener à améliorer nos processus et pratiques en TC.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Linkedin
Contact us